Un retour aux sources nécessaire, par Didier Ben Loulou

Une année de solitude - Didier Ben Loulou - Révélateur Phocéen
Judée ©Didier Ben Loulou

Une année de solitude écrit par Didier Ben Loulou est publié depuis quelques semaines : je passe chez l’éditeur pour récupérer une commande pour la librairie. Arnaud Bizalion me présente ce livre brièvement. Le thème me plaît ça changera du livre photo comme on en à l’habitude. Ce sera cette fois-ci un livre de photographie sans photographie. Cela n’empêche pas qu’au final il s’avère être un livre photo…
La mise en page est très agréable, ces paragraphes décalés aux épaisseurs différentes permettent au rêveur que je suis de m’évader entre deux petits textes de temps en temps.

Une année de solitude - Didier Ben Loulou - Révélateur Phocéen
Judée ©Didier Ben Loulou

Une Séparation. Une pandémie mondiale. Un confinement annoncé qui déclenche rapidement chez Didier Ben Loulou un besoin de retour aux sources. Il a besoin de prendre un peu de recul et de revenir à ses origines, réfléchir au passé, et vivre le présent pour arriver à avancer lorsque le monde autour de lui ne tourne plus.
Nous connaissons Didier Ben Loulou comme photographe. Ce livre dépourvu de photographies n’en est pas moins un livre photo, le photographe nous livre quelques réflexions sur sa pratique personnelle, sur les photos qu’il prend en Judée pendant qu’il écrit, mais aussi sur la photographie en général.

Tu voudrais évacuer la question du politique, mais comment faire dans cette région où chaque mètre carré est disputé ? Tu cherches dans ce que tu photographie ces derniers temps à montrer quelques chose qui ne soit pas aménagé, organisé, autoritaire. Un paysage encore vierge, innocent.

Didier enchaîne les aller – retour entre Paris et Jérusalem, nous livrant son ressenti et décrivant quelques unes de ses photographies durant ces voyages accompagné de son appareil photo.
Lors de ses balades à Jérusalem, de ses échanges et de ses réflexions, il se parle à lui-même en se tutoyant comme s’il parlait à un ami. Il fait un point et essai de renouer avec la simplicité.

le premier ministre a appelé[…] a la formation d’un gouvernement d’urgence, à cause de la propagation du coronavirus en Israël. Le monde semble entrer dans une ère nouvelle. Comment respirer sous ce ciel de plus en plus menaçant ? En retrouvant les choses les plus simples qui enchantent ton quotidien. Hormis marcher, il te semble savoir faire deux autres choses : ressentir et photographier.

Une année de solitude - Didier Ben Loulou - Révélateur Phocéen
Judée ©Didier Ben Loulou

Il confronte dans ce livre l’histoire de ses origines, Israël et la Judée, avec son histoire.
Comment l’histoire de ce pays rejoint sa propre histoire. Et comment cette histoire est importante à ses yeux, chaque détail, chaque couleur. Chaque parole résonne en lui comme si le chemin vers la lumière qu’il est venu chercher se trouve parmi tous ces indices croisés dans cette période compliquée.
En ouvrant le livre sur une page au hasard, on lit un paragraphe, une pensée qui traverse son esprit qu’il note pour ne pas l’oublier :
être un aventurier de l’intérieur, voilà qui te suffit, mais ici à Jérusalem
ou
Te tenir toujours là-bas au loin pour voir si tes rêves y sont

En tant que photographe, on se questionne avec lui, levant les yeux du livre de temps en temps : “tout ce que tu a photographié, c’était pour quoi, pour qui ? Pour te rapprocher de quelle substance des choses et des êtres ?

Une année de solitude c’est une séance de psychanalyse seul. Didier écrit au fil de ses journées, ce qu’il voit, ce qu’il sent, ce qu’il pense, sans filtre. Il dévoile ses pensées et ses envies. On accède à sa personnalité et à ses projets, sa façon de vivre.

En voyant le titre du livre j’ai tout de suite pensé à celui de Raymond Depardon “La solitude heureuse du voyageur“. Bien que le titre de Didier Ben Loulou diffère légèrement, ces deux photographes fonctionnent plus ou moins de la même façon ; ils aiment à réfléchir et partager leurs pensées en croisant leur travaux photo et leur vie personnel car dans l’un comme dans l’autre il est question de photographie, de réflexion sur le passé, sur le présent, sur leurs projets mais aussi souvent d’une femme aimée…

Éditeur : Arnaud Bizalion Editeur
Pages : 208
Format : 16 x 20.7
Couverture : Souple

Laisser un commentaire